BIBITONIC R-286
Organisateur de voyage  et séjour pêche au Cap Vert, île de Santo Antao.

Séjour à la carte - Organisateur et Skipper Français -

DINARD PAUL-LOUP.

Firma: B-on-Sea Sociedade LDA

Organisation basée sur île de Santo Anta ; Casa Zipihna, rua Praïa – Tarrafal Monte Trigo , Tel 00238 227 61 15 . Inscrit BO 44ll N.79.1.2 Actividade dos operadores touristicos - NIF 268978204 - Seguro R.C IMPAR Mindelo - Licença do Actividade pescadoria e de opéração actividade maritimo-turisticas N 39/2015 I.M.P Sao Vicente www.incv.gov.cv

L'islande.

J'ai eu l'opportunité de visiter quelques fois ce pays, cette île du grand nord.

Coup de cœur, histoire d'amour, histoires de pêches.

Tout à commencée sur les terres du Cap Vert lors du lancement du projet BIBITONIC r-286. Le destin m'aura fait rencontré une fille lors d'une escapade administrative sur l'île de Santiago. Elle était belle, plus Black que toute la localité, montée sur talons aiguilles... Elle se présente, son prénom était aussi enchanteur que la rencontre qui allait en être.

De mon coté, j'étais loin des talons aiguilles car lors de cette entrevue je sortais de 4 mois de chantier naval sur notre BIBI où menuiserie, fibre et gros boulot ne me rendaient gère présentable à ce genre de face à face...

Mais le soir même, la belle m'invitait à venir voir un film dans sa chambre... Présentation photos en vrac, je verrais passer trois Saumons Atlantique sur un tapis d'herbe vert fluo!

La panthère me confit qu'elle vivait en Islande! 

Pure sang Cabo Verdiano au pays de la truite des ages de glaces...

Suite à cette semaine de rêveries loin du chantier BIBITONIC je garderai contact avec cet Amour. Elle m'offrira l'opportunité de plusieurs séjours en terre Islandaise.

Reykavick et sa proximiter au lac de Pingvallavatan.

Ma première visite était programmée pour le printemps qui suivit notre rencontre. J'était là haut début juin, la bonne saison, tout bien.

La Belle me retrouva à l'aéroport puis direction "cour de Capoeira" exotique pour une mise en place nordique!

Le magasin de pêche.

Me voilà en capitale sur place centrale, habillé style urbain et accompagné de mon petit lancer léger.

Place cosmopolite fréquentée par skateurs et autres bikers me donnaient vite le ton, la promiscuité spéciale à ces sociétés îliennes.

A cinq minutes de cette endroit débutait la visite, avec le Musé de la mer placé dans un vieux navire de guerre sur cette première place de dock. Effectivement un retour historique sur "la guerre de la morue" qui pour nous autres passionnés halieutiques reste une superbe visite. En face se trouve le magasin de pêche.

Parti pour l’acquisition de mon permit domaine publique ainsi qu'une paire de cuissarde qui accompagnerons mon waders venu de France, préalablement passé au produits par le service douanier et vétérinaire de l'aéroport de reykajvik.

Repérage et acquisition de quelques cuillères ondulantes et mouches locales. Nymphes casquées assez classiques mais toutes montées sur hameçons fort de fer! Je comprendrais pour quoi une fois au bord de l'eau...! A coté de ce magasin se trouve toute la zone portuaire, qui regroupe aussi de belles tanneries de peaux de poissons, du cuire véritable de Morue, loup de mer et autres, superbe.

Concernant la pêche, les premiers poissons de ce séjour seront du coté mer. Avec trois espèces notées sur cette première expérience. Du lieux noir en masse, quelques belles petites morues de couleurs de robes différentes et quelques gros maquereux énervés. Lors d'une séance sur un autre séjour plus tard dans la saison courant juillet ce fût à ce même endroit 60 lancers pour 55 poissons... Toujours ces trois espèces. Riche!

Nous voilà parti dans les terres.

Toyota Yaris chargée en mode exploration.

Quelques stops sur des petits lacs accèsiblent avec la carte publique et premières captures de ces truites fario de taille modeste mais à la robe superbe. Visite des Jeesers à proximiter du grand lac puis petite vue sur l'accès au spot sur ce lac de Pingvalavatan. Travail et occupations, la Belle préférait me laisser les clés de l'auto pour un retour sur zone cette fois seul, j'accepte,Superbe!

J'aurai eu l'occasion de bivouac sur plusieurs endroit renommé. Pêche difficile sur un début mais la grosse fût piquée. Je pouvais rentré en ville avec l'histoire. Une superbe truite, grosse, jolie comme tout, en très bonne santé, La truite des àge de glace.

Lors d'une autre visite fin juillet, cette fois plus tard dans la saison qui ne correspondait plus au passage des grosses truites, j'aurai le bonheur de pouvoir faire un belle omble arctique à la mouche, une nouvelle espèce pour moi sur mon vieux fouet. Ravi, je finirai par une petite pêche derrière le magasin de pêche sur  ces lieux noire affamés et maquereaux énervés.

La Belle m'aura permit cette aventure, j'y serais bien resté mais les Marlins Bleu me rappelaient à la réalité, il fallait y retourner... Comment choisir face a des chemins si divers et jolis.. l'instinct.

Une année plus tard cette fois accompagnie du camarade Fabrice Chassaing nous repartirons à la rencontre des berges du grand lac. La Belle était toujours là pour nous accueillir mais les grosses truites me possédaient plus que tout. Nous avons pêché, pêchéet discuté, profité mais la grosse ne nous était  pas encore apparu . L'ami Fabrice dut reprendre la direction de l'aéroport. Moi assis entre deux chaises, La belle ou la bête, j aurais préféré faire le sauvage et repartir en pêche. Deux jours plus tard je pique cette toute grosse, heureux mais le coeur lourd, lourd d'émotions et d'amours. Fille de talons aiguille à la génétique forte, de grandes études et de prestige avait mieux à faire que d'attendre le baroudeur que  je me suis  réserve. Ce retour en ville marquera notre dernier baiser, froid comme ces terres islandick mais sulfureux comme ces sources.

Je connais la route et j'y retournerai! Ze Deus Quizer comme on dit au Cabo Verde.... Nous nous comprenions... Vida!